Galerie B-312 et Les Territoires / Chercher des personnes, des lieux ou autres choses

Joe Hamilton, Hou I-Ting, naakita feldman-kiss et Brianna Lowe
Chercher des personnes, des lieux ou d’autres choses
Galerie B-312 et Les Territoires
14 juillet au 13 août 2016


Depuis quelques années déjà, durant la période estivale, la Galerie B-312 offre son espace pour divers projets d’atelier, de résidence ou de recherche. Le contexte d’exposition change et s’adapte, il devient alors celui d’un laboratoire ouvert à toutes possibilités d’explorations et d’investigations.

Cet été, la Galerie B-312 a accueilli le centre d’artistes Les Territoires le temps d’une exposition présentée du 14 juillet au 13 août dernier.

Depuis sa fermeture en octobre 2015, Les Territoires évolue de façon nomade, tout en poursuivant ses activités et en créant de nouveaux partenariats afin d’innover dans l’appui des pratiques émergentes. L’organisme a pour mandat de permettre aux artistes de développer leur début de carrière par le biais d’expositions et d’activités diverses de médiation et de mentorat afin de faciliter leur intégration au milieu de l’art actuel et de son marché[1].

Chercher des personnes, des lieux ou d’autres choses offrait un aperçu de la considérable et éminente influence qu’exercent les plateformes web sur l’architecture sociale et spatiale : «Héritiers de la révolution numérique du 21e siècle, certains des artistes des nouveaux médias font référence à Google Maps, Google Earth, Craigslist et les sites de réseaux sociaux ou utilisent les moteurs de recherche dans leur processus. Ni optimiste ni pessimiste à l’égard de ces technologies dont l’utilisation est souvent critiquée, l’exposition agit plutôt comme un constat des angoisses qu’elles suscitent, et des opportunités qu’elles offrent» [2].

L’exposition au titre inspiré de Facebook, Chercher des personnes, des lieux ou d’autres choses, présentait quatre artistes de la relève, tous de milieux différents. naakita feldman-kiss, artiste en art médiatique et performance, originaire de Montréal dont la pratique porte sur l’impact qu’ont les technologies sur les interactions sociales, sur la culture du partage et sur les différentes formes de traditions orales, proposait une œuvre déployée sur deux rouleaux de papier, ainsi que sous la forme d’un livre. Toward Be/Loging (2016) offrait des discussions extraites du mythique forum en ligne, Craigslist[3]. L’Australien Joe Hamilton, qui quant à lui travaille à partir de la technologie, collectionne des images afin de créer des compositions intrigantes et complexes, tel qu’en témoignait son œuvre cartographiée, à la fois structurée et déconstruite. Hou I-Ting de Taipei en Taïwan, artiste qui exploite les images numériques et l’art vidéo afin d’évoquer le corps humain tel qu’il est figuré dans notre société actuelle, présentait Neither of Us : The Relation of Non-Territory (2013). L’œuvre était une vidéo hybride et déconcertante, formée de différents collages d’images provenant d’Internet. Enfin, Brianna Lowe, artiste multidisciplinaire torontoise, qui porte un regard sur l’espace représenté à travers différents médias numériques, l’animation tridimensionnelle, le collage numérique et la vidéo, montrait Neon Land (2014). L’œuvre répartie sur trois moniteurs étalait des images schématisées, rappelant des formes de pierres tombales, sur lesquelles se trouvaient des phrases simples, mais choquantes, écrites en «néons» lumineux. L’installation était accompagnée d’un contenu sonore.

Le commissariat était assuré par Corinne Beaumier et Fannie Gadouas, deux artistes et commissaires émergentes en début de carrière et établies à Montréal.

L’exposition «thématique» basée sur les connexions sociales, proposait quatre expériences distinctes, quatre œuvres représentant notre ère du numérique — ère d’individualisation, où les échanges sont virtuels et la proximité humaine se fait rare. Les œuvres permettaient une appréhension différente de la mutation numérique à laquelle nous sommes tous, de prêt ou de loin, confrontée. Une sorte de traduction par l’art, des mises en réseau planétaire des individus et de nouvelles formes de communications décentralisées.

En somme, Chercher des personnes, des lieux ou d’autres choses, est non seulement une exposition à mémoriser, mais un partenariat – une collaboration — entre une galerie et un centre d’artistes à maintenir et refléter.

[1] Les Territoires. http://lesterritoires.org/les-territoires/ (Consultée le 16 août 2016).
[2] Galerie B-312. Communiqué. http://www.galerieb312.ca/programmation/chercher-des-personnes-des-lieux-ou-dautres-choses (Consultée le 16 août 2016).
[3] Craigslist est un site web américain offrant des petites annonces ainsi que des forums de discussion sur différents sujets.


Print pagePDF pageEmail page

Submit a comment